Comprendre un pari sportif: exemple sur PSG-Lyon du 17 avril

Par | Classé dans Débutant, Finance | Le 15/04/2011

Tags « »

1

Depuis début 2010, la France a autorisé les sites de paris en ligne concernant les courses hippiques, les paris sportifs, et le poker. C’est au fonctionnement des paris sportifs que nous allons nous intéresser, et plus particulièrement à la manière dont ces sites se rémunèrent.

Fonctionnement du système de cote

Sur un événement sportif à venir, chaque issue possible se voit attribuer une cote par le site de paris en ligne en fonction de la probabilité estimée de cette issue.

Nous allons dans ce post développer l’exemple des cotations pour un match de football de Ligue 1 PSG-Lyon du dimanche 17 avril 2011 avec 3 issues possibles :

  • Victoire de PSG
  • Victoire de Lyon
  • Match nul entre les deux équipes

Sur un site de paris sportifs on trouvera le tableau suivant :

Indiquant le coefficient par lequel est multipliée notre mise en cas de bon pronostic.  Ainsi miser 1€ sur une victoire du PSG nous rapportera 2,25€ si PSG bat Lyon, et 0€ sinon.

Comment un site de paris en ligne effectue sa cotation ?

Bien entendu ces cotes ne sont pas attribuées au hasard, car de la bonne attribution de celles-ci dépendront les gains potentiels du site de paris. Ce dernier, au contraire du parieur, cherchera à gagner de l’argent quelque soit l’issue du match, tout en attirant les joueurs en proposant des cotes attractives.

Lire la suite…

L’effet corner : illustration sur Hermes International le 25 octobre 2010

Par | Classé dans Débutant, Finance | Le 15/12/2010

Tags « »

1

L’effet corner

Lorsque des acteurs du marché parient à la baisse sur un titre du marché français, ils peuvent vendre ce titre à découvert au SRD (service de règlement différé) si ce titre y est éligible. Ceci leur permet de vendre des actions qu’ils n’ont pas encore, sans transfert d’argent.

Puis le jour de la liquidation (5ème jour ouvré avant le dernier jour du mois civil, pour le calendrier des liquidations c’est ici), ils doivent décider :

  • de racheter les titres et donc encaisser (si le cours a baissé) ou payer (si le cours a monté) la différence
  • ou de différer la livraison au mois suivant

Lire la suite…

Exemple d’option dans la vie quotidienne : l’option SNCF

Par | Classé dans Débutant, Finance | Le 03/11/2010

Tags « »

1

Peut-être avez vous déjà utilisé les “options SNCF” pour les billets de train, qui vous permettent de “réserver” un billet pendant un certain temps sans l’acheter directement. Et bien son fonctionnement est quasiment identique à une option au sens financier du terme !

Voici ses caractéristiques :

  • Le sous-jacent : C’est le billet de train, c’est le produit que vous récupérerez si vous exercez l’option.
  • Le type : L’option vous donne droit d’acheter le billet, c’est donc une option d’achat (Call en anglais)
  • Le style : Vous pouvez récupérer le billet n’importe quand jusqu’à une certaine date, il n’y a pas de date précise, c’est donc une option américaine
  • La quotité : C’est le nombre de billets que vous aurez en exerçant l’option (nombre de sous-jacents par option)
  • La maturité : C’est la durée de validité de l’option, si vous avez 1 mois pour acheter vos billets, la maturité de l’option est 1 mois.
  • Le strike : C’est le prix du billet de train si vous décidez d’exercer l’option.

On retrouve donc dans l’option SNCF les caractéristiques d’une option en finance.

Il y a cependant une différence de taille, l’option SNCF est gratuite, mais comme rien n’est gratuit en finance, la problématique réside dans la détermination du “juste prix” d’une option donnée.

Pour les options SNCF, vous pouvez vous dire, c’est gratuit, je ne m’engage à rien, l’option me garantit un prix, et vous posez cette option.

Maintenant, imaginons que la SNCF décide de faire payer ces options. Si celle-ci coûte 1€, alors vous en déduisez que l’option est toujours intéressante…mais si l’option coûte 2 € ? 5 € ?

Quel est le prix à partir duquel vous déciderez de ne plus acheter cette option ?

Si vous arrivez à déterminer ce prix, alors vous avez “pricé” l’option !

Voyons en détail les critères qui permettent de déterminer le “bon prix”.
Lire la suite…